Home » Chronique » Confession d’un réfugié

Confession d’un réfugié

Tu veux savoir ce que j’ai ? Et pourtant c’est trop clair ! Mais on t’a payé pour faire ça n’est-ce pas ?

On t’a payé pour me poser ces questions, d’ailleurs je comprends, simplement c’est parce que je n’avais pas le droit de m’exprimer que ça me parait bizarre aujourd’hui. Pour résumer, ce que je sens est un mélange entre la peur et la colère, entre l’angoisse et la haine.




Parfois, une envie immense de crier hante mon esprit mais je ne trouve jamais la force qu’il me faut pour le faire. Ces temps-ci mon âme est si paresseuse que j’ai l’impression qu’elle souhaite quitter ce corps malade pour voyager à un monde parallèle où je n’existe pas. Elle aussi est fatiguée, elle me déteste et elle en a marre des ondes négatives qui m’entourent de partout, mais que puis-je faire ? C’est plus fort que moi ! Sois sûr que j’ai fait de mon mieux pour éliminer la malchance qui me poursuit partout où je vais, jusqu’à ce que j’ai compris que c’est mon destin et que je dois l’accepter, c’est pourquoi j’ai abandonné.

Tu me vois aujourd’hui si silencieux et tu te demandes pourquoi, tu te dis que j’ai sûrement des tonnes d’histoires à raconter vue le long parcours que j’ai traversé ; comment peut-il être si mystérieux malgré tout ce qu’il a vécu ?

Pour être honnête je n’ai pas de réponse, simplement je sais que le silence me procure plus de sérénité et je me sens beaucoup plus en sécurité, puisque j’ai déjà assisté à plusieurs scènes assez bruyantes et je sais ce que c’est que le « Bruit ».

Pour moi le silence, c’est quand je me mets au lit et que je fais ma sieste, c’est quand je lis un livre ou j’écris des poèmes. Pour moi le silence est un trésor que je ne pourrais plus jamais obtenir. Le silence est la potion magique qui va guérir toutes mes blessures et tu me demandes de parler ?

On m’a enseigné chez moi que si je parlais il n’y aura plus de silence, il n’y aura plus de paix, enfin il n’y aura rien du tout. Commençons par le début, on était cinq chez nous, mes parents et mes deux frères. Je suis le tout petit, j’étais vraiment gâté et j’obtenais tout ce que je voulais.

J’aimais bien mon pays, ma famille et tout mon entourage, j’avais une très belle vie mais avant de venir ici, tout cela me paraissait banal, ça n’avait rien d‘exceptionnel à mes yeux, mais le jour au lendemain je me trouve ici, chez vous, dépaysé et sans famille !

Pour tout vous dire, mon pays n’est plus le même, d’ailleurs ça n’a rien d’un pays, la guerre l’a détruit et franchement je ne regrette pas l’avoir quitté mais je me suis rendu compte que refaire ma vie ici n’a rien d’excitant non plus.

Pendant la guerre j’ai vu mes deux frères entrer en prison pour des raisons politiques et sociales, j’ai vu ma mère anéantie de peine et de chagrin après la mort soudaine de mon père entre ses bras. Ce qui m’intrigue, c’est qu’il n’a vraiment rien fait de mal pour mériter la mort, simplement il était au mauvais endroit au mauvais moment. Une bombe lancée là où il ne faut pas, et voilà que les victimes payent ces fautes par leurs âmes.

En bref, tout cela représente le bruit pour moi. Des évènements successifs que je n’ai pas envi de revivre, même pas en rêve.

Donc ce que je sens aujourd’hui est le résultat de mon expérience ; l’expérience atroce qui a changé ma vie et toute mon existence.

Malgré la proximité des cultures et des frontières de certains pays, j’ai choisi d’emmener ma mère et de fuir nos terres pour vivre en Europe. Le continent submergé par un exode massif de réfugiés. Pourquoi ne pas tenter sa chance, après tout la majorité est bien accueilli ici, sans parler des bienfaits économiques et sociaux qu’on peut acquérir après avoir tout perdu.

Je ne vous raconte pas le trajet qu’on a dû prendre pour arriver jusqu’ici. Avec peu d’argent on devait survivre deux mois sous la pluie et dans le froid sans aucuns abris.

Pas de sécurité et rien de légal. On devait marcher des milliers de kilomètres pour pouvoir atteindre notre objectif, toujours en avant et jamais en arrière. J’ai vu des enfants mourir de faim, des vieillards fatigués du long trajet et des personnes ne pouvant plus supporter cette pression qui hantait nos esprits.

Et me voilà chez vous, dans ce pays développé après des mois de tristesse, je me sens pour la première fois en sécurité et bien entouré.

Ayant tout ce qu’il nous faut, j’ai voulu me reposer et prendre une pause du combat de la vie qui ne cesse de m’attaquer, j’ai voulu faire le vide et me changer les idées et peut être que je fuirais la réalité, mais en vain.

Insomnie quand tu nous tiens ! Que peut-on faire de toi ?

Eh bien à chaque fois que je ferme les yeux je revis tout ce qui m’est arrivé étape par étape, tel un flashback qui ne cesse de se répéter.

J’entends des voix, du bruit, j’observe des visages pas clairs de loin et des fois je commence même à halluciner.

C’est tout à fait normal vue ce que j’ai vécu ça c’est vrai, mais ça ne fait que ruiner ma vie et démolir ma santé de jour en jour. Oui je suis fatigué, épuisé, déprimé et mon cœur est brisé en mille morceaux ; mais le fait de me poser ces questions et me donner des médicaments ne va rien changer !  Seul le temps peut guérir mon âme et mes pensées, ça viendra sûrement, mais pas pour le moment …

« Alors dites-moi, comment allez-vous aujourd’hui ? Vous allez bien ? Vous avez fait des amis ? »

« Oh que oui, je vais très bien ! Grâce à votre aide j’ai pu régler mes papiers et ceux de ma mère, d’ailleurs c’est le cas de presque tout le monde au foyer, et on vous remercie énormément pour votre aimable accueil. Sinon je vais très bien oui, hier j’ai enfin pu dormir deux heures le soir sans cauchemars, je n’ai plus d’appétit mais ça ne me dérange pas, après tout votre nourriture est bien nouvelle pour moi, je m’y habituerai avec le temps. Aujourd’hui on ne m’a pas laissé s’assoir dans le bus en venant, mais bon ce n’est pas si grave, déjà je n’ai pas bien saisi ce que quelques-uns voulait dire par ‘imbécile’, je dois apprendre votre langue pour bien m’intégrer c’est sûrement de ma faute .. A part ça oui, tout va très bien merci. »

Wejdene.R




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter – Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification pour chaque article publié.

Carte Bancaire en Devise

Publicité

error: