Home » Chronique » Un Voyage en Train

Un Voyage en Train

Un Voyage en Train

D’une petite terre lumineuse au nord de l’Afrique j’ai immigré. D’un beau continent bien chaud j’ai fui. Tout comme 1.326.000 Tunisiens vivants actuellement à l’étranger (Selon des chiffres de l’office des Tunisiens à l’étranger). A cette époque là, je n’étais pas le seul à vouloir quitter ce pays, malgré les difficultés qu’a subi ma famille pour régler mes papiers. Beaucoup de temps à consacrer, les 8000 Euro « minimum » à disposer et des engagements à considérer. C’était le rêve de tous les jeunes de mon âge, on pouvait tout sacrifier pour visiter le paradis de l’étranger simplement personne ne savait vraiment ce que c’est.

Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare ? Pourquoi tu crois qu’on flippe autant d’arriver en retard? Car quand on voyait de loin tous ces voyageurs, on sentait une odeur divine, celle de la vie, et de la liberté. Après des années passées dans l’ombre et l’obscurité, c’était maintenant ou jamais. A nous la richesse intellectuelle, a nous le métissage culturel ! A nous la liberté, à nous l’immunité !

On dit que les trains démarrent souvent au moment où on s’y attend le moins. Et voilà que le bonheur du départ m’emporte sous l’œil impuissant des témoins. Certains pensent que je me plante, et que je n’ai pas les pieds sur terre, d’autres misent sur la durée de ma guerre.

L’aventure commence déjà à changer mon allure, dés le premier jour, je devais choisir ma structure. Dans les premiers kilomètres je me sentais vivant. C’était tellement bien que j’imaginais l’eau se transformer en diamant ! Je ne faisais que dépenser tout au long de la route, mon argent et mon temps je n’ai raté aucune goutte.

Un jour je me suis réveillé, sur mon train qui ralentit, c’était la fin du trajet et je me trouvais au lit. Plus de belles rues ni de fraîcheur étrangère, le climat avait changé, ce n’était plus le même air. Il n y avait plus de saveurs ni d’odeurs divines. Je cherchais à me retrouver dans les coins de ces rues. Je demande une seconde chance mais ce n’est plus permis, je devais me battre seul tout au long des nuits.

Majeur et vacciné, j’ai enfin pris la décision de le quitter. Pas d’espoir pour ce taux de chômage alors qu’espérer de ce pays ? Une bonne ou une mauvaise vie ?

Pour certains, ça se résume à essayer de monter dans le train, d’arriver à l’heure et accéder au bonheur.

Certes il est important de prendre un train, mais n’oublions pas de choisir le bon et viser le meilleur wagon.

Alors est-ce la solution tant recherchée ? Le fait de l’abandonner? D’immigrer car c’est trop risqué ? Feras tu partie de ceux qui flippent de s’engager ou de ceux qui foncent en premier ? Sache mon ami, que si tu as quitté cette terre tu auras tout simplement une vie amère. Car l’odeur divine des voyages demeurera aussitôt un mirage. Et tout comme 1.326.000 immigrés ; tu seras hanté par la nostalgie. Donc n’oubli pas que ton avenir dépend de ce pays et qu’on doit se soucier de Notre Tunisie.

Wejdene.R




Laisser un commentaire

task-attention.png

Cet espace est réservé uniquement aux commentaires, à compter du 20/09/2016 nous répondons à vos questions seulement sur notre nouveau Forum. Pour plus d'information Appuyez ici

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné; un opinion, un astuce, ajouter une information manquante ou utile pour les demandeurs de visa...

Rappelez-vous que le but de ce site est le partage d'information. Une contribution sera très appréciée pour le bien de tout le monde.

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Publicité

Comparateur Hotels‎